Mes chansons

Il y a quelques années, alors que je commençais à prendre goût à l'écriture, j'ai pris plaisir également à écrire des textes de ce qui pourrait être des chansons. Malheureusement, je ne connais pas la musique à mon grand regret et ces textes sont restés désespérément muets depuis lors. Je les ai mis au placard tout ce temps, n'ayant pas le temps de toutes façons de faire quoique ce soit pour les faire vivre d'une manière ou d'une autre, trop occupée par mon projet de livre.

J'avais tout de même, au début, trouvé le moyen de les mettre sur Internet, sur le site suivant : http://www.textesdechansons.com/ où je suis retombée par hasard dessus un beau jour...Alors, j'ai pensé qu'il était temps de les dépoussiérer et de les partager avec vous sur ce site.

Certains textes pourront être lus comme de la poésie après tout, pourquoi pas. D'autres, plus "chantants" ne demanderont qu'à se coller à une mélodie; libre à vous de chantonner dans votre tête l'air qu'il vous plaira.

-------------

A l'automne 2013, j'ai été sollicitée par un jeune artiste auteur compositeur interprète pour des conseils en écriture d'un texte d'une de ses chansons. Au printemps suivant, il m'envoyait le lien de la chanson terminée et enregistrée.

Vous pouvez écouter la chanson "Juste des Mots" sur Soundcloud.

A l'automne 2014, le revoilà avec un projet d'album pour lequel il sollicite à nouveau ma collaboration.

-----------


Ce premier titre est en fait le tout premier texte que j'ai écrit, après avoir découvert à travers mes lectures sur le développement personnel, que nous étions la plupart du temps les seuls à nous mettre nos propres limites et ainsi réduire nos chances de réussite et de nous créer le destin dont nous rêvons en silence. Je l'ai tout simplement intitulé "Destinée".


Destinée

Ta vie, tu l’as au bout de tes doigts
Ton monde n’attend que toi
Tu traces ton destin
A force de rêver
A toi seul appartient
Le choix de ta destinée.

Tout petit tu a appris à marcher, parler, chanter.
Et pour te mettre à l’abris, un jour tu t’es renfermé
Dans une prison de peurs, de mensonges et de stress
Où tout n’est que laideur là où le temps presse.
Ta vie sera pareille à celle de tes voisins
Partageant le même ciel et néanmoins si loin.
Pose toi les questions qui réveillent ta raison.

Mais est-ce là la vie qu’on t’a choisie ?
Ou bien cet avenir que toi seul voit venir ?
Tout ce que tu conçois et tout ce que tu crois
Deviendront réalité, forgeront ta destinée
Tu as droit au bonheur, au succès, aussi à vivre en paix
Et il ne tient qu’à toi de tant savoir pourquoi.
Pose toi les questions qui t’entraînent dans l’action.

Un seul désir t’anime, il te faut réussir
A franchir les abîmes pour enfin y parvenir
Ne baisse pas les bras en face du défi
Il est là sur tes pas pour affronter ta vie
Vouloir c’est déjà pouvoir ; la force de la pensée
Te fait apercevoir un rêve enfin réalité.
Pose toi les questions qui donnent vie à tes passions.

Garde la foi et l’espoir et grâce à eux de croire
Que de là va naître une nouvelle façon d’être
Ta fortune et ton succès, l’accomplissement de tes souhaits
Seront bien le résultat de tout ce que tu crois
Il ne faut jamais dire que ta vie a des limites
Mais au contraire prédire l’étendue de tes réussites.
Pose toi les questions qui bousculent tes émotions.

Ne sois ni triste ni envieux mais plutôt gai et chaleureux
Refuse la colère, accepte tes erreurs
Ne déclare la guerre qu’aux ennemis du bonheur
Il faut choisir les bons mots pour ne parler que du beau
Ouvre toi au monde et il t’offrira sa ronde
De merveilles et d’amour qui rempliront ta cour.
Pose toi les questions qui sauront te rendre bon.

Ta vie, tu l’as au bout de tes doigts
Ton monde n’attend que toi
Tu traces ton destin
A force de rêver
A toi seul appartient
Le choix de ta destinée.

Whitwick (GB)
2001

Je ne sais plus vraiment quel évènement ou quelle situation m'avait inspiré le texte suivant; il traite de la tolérance et du respect que l'on doit avoir pour autrui malgré ses différences.


Accepte

Accepte la différence
Accepte la tolérance
Et sur le monde brillera
Une lumière d’espoir
Que l’amour l’emportera.

Tu es né blanc
Il est né noir
Oui mais tu sais pourtant
Que ce que tu veux voir
C’est ta force et ta puissance
Et ignorer vos ressemblances.

Tu crois en toi
Il doute de lui
C’est toi qui fais la loi
Te moques de sa survie
Mais comme toi il aspire
Au bonheur, pas au pire.

Accepte la différence
Accepte la tolérance

Pose les armes
Arrête ces larmes
Pourquoi toujours vouloir
Ce que les autres possèdent
Dans ce monde, vaste territoire
Nous avons tous besoin d’aide.

Une colombe s’envole
Ecoute ton prochain
Pour rentrer dans la farandole
Mets ton cœur près du sien
Croyons ensemble un instant
Que cesseront ces pleurs de sang.

Accepte la différence
Accepte la tolérance
Et sur le monde brillera
Une lumière d’espoir
Que l’amour l’emportera.

Ambérieu en Bugey
Décembre 2002

Le prochain texte est très "personnel" ; certains comprendront de quoi il traite quand on sait qu'il a été écrit un mois d'octobre...


Sur les chemins de sa vie

Sur les chemins de sa vie
Elle a souvent croisé son visage
Qui jamais n’a sombré dans l’oubli,
Toujours resté si près du rivage
Alors qu’au loin dans l’infini
L’écume emportait son image.
Une fois encore il disparaît
Dans un halo de lumière.
Ses rêves la rapprochent de lui.
Une fois encore il apparaît
Le long de cette rivière.
Elle ne saurait dire pourquoi ici
Elle retrouve cette plénitude
Noyée de certitude
Tout comme au premier jour
Qu’il s’en ira l’amour.

Leurs destins se sont croisés,
Trop souvent déchirés.
L’amour s’est envolé,
Le manque s’est installé.
La mort s’est emparé
De ce que la vie leur a volé.

Là-haut dans les étoiles
Elle distingue une lueur
Sur le noir fond de la toile
Elle ressent que c’est son heure.
L’une d ‘elles sera moins pâle
Frêle évocation du bonheur.
Parfois elle se demande
Si l’avenir aurait permis
D’encore écrire quelques chapitres.
Rêveuse de long de cette lande,
Laissant derrière elle des semis
De ce qu’ils auraient pu vivre.
Baignée d’une douce mélancolie,
Le soleil lui montre la voie,
Et pour tout ce que redonne la vie,
Elle sait qu’elle doit garder la foi.

Leurs destins se sont croisés,
Trop souvent déchirés.
L’amour s’est envolé,
Le manque s’est installé.
La mort s’est emparé
De ce que la vie leur a volé.

Sur les chemins de sa vie
Elle a souvent croisé son visage
Qui jamais n’a sombré dans l’oubli,
Toujours resté si près du rivage
Alors qu’au loin dans l’infini
L’écume emportait son image.

Alors qu’au loin dans l’infini
L’écume emportait son image.

Ambérieu en Bugey
Octobre 2002

Ce texte là, inutile de vous dire à qui je le dédie...; ce petit bout de chemin s'est allongé depuis.


Un bout de chemin

Toi et moi avons fait déjà
Un petit bout de chemin ensemble
Main dans la main, pas après pas
Nous avons bâti ce temple
De tendresse et de bonheur
Où chaque jour je console tes pleurs.

La vie a su nous faire souffrir
Mais ensemble nous avons réussi
Sur cette route, à parcourir
Le sentier qui mène au répit
Et pour toi je voudrais tant
Pouvoir t’aider maintenant.

Je t’ai conduit sur les chemins
Qui te montrent le monde
Puis guideront ton destin
Par delà les horizons.
Je ferai de tes faiblesses
Au fond de toi, naître la sagesse.

Une tranche de vie de douze ans
Que tous deux avons sillonnée
Parsemée de tes rires d’enfant
Qui s’accrochent aux années.
Et nos souvenirs seront encore là
Quand un jour alors tu t’en iras.

Pourvu que parfois encore
Quand tu suivras ton chemin
Résonne encore très fort
Le doux chant des tendres câlins.
Car il t’apporte à chaque instant
Tout l’amour que j’ai pour toi…
Mon enfant.

Toi et moi avons fait déjà
Un petit bout de chemin ensemble
Main dans la main, pas après pas.
Petit encore, parfois tu trembles ;
Saches que je serai de toutes façons
Toujours là près de toi…
Mon garçon.

Ambérieu en Bugey
Février 2003

Ce texte, cinq ans après l'avoir écrit, me laisse un peu perplexe je dois dire. Etant donné que je transcrivais à l'époque mes émotions, mes états d'âmes, mes humeurs, je suppose que je traversais des moments de doutes, vous savez ces moments particuliers où vous ne savez plus bien où vous en êtes, où vous devez allez, ce que vous devez faire.....Vous voulez une chose et l'instant d'après vous ne voulez plus... Des tas de choses se bousculent dans notre tête, sans pourtant trouver la voie à suivre.On attend quelque chose d'improbable,sans oser faire le geste qui fera avancer le cours des évènements. Qu'est ce qui avait bien pu me mettre dans cet état? La fin d'une année, et le constat que je n'avais pas réalisé tout ce que j'aurai voulu...


Vouloir

Vouloir encore, vouloir toujours
Sans savoir quels détours
Suivra mon cœur
Dans ces méandres de vie
Maintenant ici
Mais dans une heure
Quel autre parcours
Verra un nouveau jour ?

Vouloir rester, vouloir partir
Dis moi pourquoi revenir
Alors, changer de vie
Faite d’indécisions
Et un jour oui
Et un jour non
Ma tête s’enivre
A essayer de vivre.

Vouloir rêver, vouloir croire
Tout c’que je peux voir
N’est rien à côté
De tout c’que j’imagine
J’ai souvent rêvé
Pensées assassines
Que faire, que vouloir ?
J’ai tant besoin d’espoir.

Vouloir jamais, vouloir entendre
Ce qu’on ne peut prendre
Mais je resterai là
Dans l’ombre cachée
Parce que tu n’es pas
Venu me chercher
Et sans me méprendre
Je resterai à t’attendre.

Vouloir encore, vouloir toujours
Sans savoir quels détours
Suivra mon cœur
Dans ces méandres de vie
Maintenant ici
Mais dans une heure
Quel autre parcours
Verra un nouveau jour ?

Ambérieu en Bugey
Décembre 2002


Le prochain texte évoque les bienfaits de la musique ; avec elle, on peut changer beaucoup de choses, notre humeur, nos relations avec autrui, rendre la vie meilleure...Ne dit on pas "la musique adoucit les meurs" ? alors, chantons tous !


Trois notes de musique

Quelques mots sur trois notes de musique
Noircissent ce papier jauni.
Quel effet fantastique
Quand les hommes sont réunis
Pour danser sur la rythmique.
Tous frères, tous amis.
Court instant chimérique
Pour faire s’envoler les ennuis
Loin des fous, des fanatiques.
Et quand au bout de la nuit
On ramasse ses claques et ses cliques
On réalise sans un bruit
Que quelques mots sur trois notes de musique
Dans la grisaille de la vie
Ont perdu leur effet magique.

Si le monde était une chanson
Tous les hommes à l’unisson
S ‘armeraient de violons
Et détruiraient les canons.

Quelques mots sur trois notes de musique
Sont ils le remède attendu ?
Qu’ils soient ou non génériques
Pour cesser les aller-venues
Des soldats armés de triques.
Au matin d’un jour perdu
Errent de folles pensées sataniques.
Sans les do, les mi, les fa, notes déchues
Tout devient diabolique.
Et quand l’espoir soudain revenu
On oublie les différences ethniques.
On espère revivre en paix, d’autant plus
Que quelques mots sur trois notes de musique
Nous font oublier ces heures déçues,
Nous transportent dans un monde féerique.

Quelques mots sur trois notes de musique
Nous aideront à franchir les frontières
Et dans un élan de joie psychédélique
Nous danserons sur les feux éteints de la guerre.

Quand le monde sera une chanson
Tous les hommes à l’unisson
S’armeront de violons
Et détruiront les canons.

Ambérieu en Bugey
Janvier 2003

Le texte suivant est pour les anglophones ! En effet, il m'est venu l'idée de faire un texte en anglais. Il parle de rêve; de la nécessité de rêver que l'on peut changer le monde, qu'il y a de l'espoir malgré les guerres, le paradis perdu, il faut continuer à rêver...


Dream

Dream, dream, dream
Life is a dream
And you can do it
Don’t doubt about it
Like the stars in the sky
You can reach’em high
And if you follow the way
You’ll be the star of the day.

Keep going, keep thinking
There’s hope all over the world
No matter what you’re doing
It all needs just one word
Dream.

Dream, Dream, Dream
Life is a dream
The moon we walked on
What did it change ?
‘cause we keep carry on
Wars, hate, revange
Everybody should say
We’d better stop today.

Keep going, keep thinking
There’s hope all over the world
No matter what you’re doing
It all needs just one word
Dream

Dream, dream, dream
Life is a dream
Where’s that paradise
Once we’ve been promissed
I’m gonna open my eyes
To see all what we missed
Hope seems so far away
Can we get it back forever ?

Keep going, keep thinking
There’s hope all over the world
No matter what you’re doing
It all needs just one word
Dream


Ambérieu en Bugey
Janvier 2003

Ce texte là se rapproche de "trois notes de musique" dans le sens où il nous dit à nouveau que la musique nous donne des envies de danser, d'être joyeux et d'oublier ses problèmes. Faites le test vous même un jour de "blues". Ecoutez de la musique qui bouge, qui vous transporte dans un autre mode de pensée et vous verrez comme cela impacte votre état d'esprit et votre humeur. Un remède: commencez la journée en écoutant un bon vieux rock des années 50/60 et vous verrez comme cela donne la pêche pour le restant de la journée !


J'irai décrocher la lune

Un, deux, trois
Au premier tempo, mon corps s’anime
La musique a cet effet magique
Chassées du fond de leur abîme
Toutes les émotions s’agitent, s’excitent.

Un, deux, trois
Alors j’ai soudain envie de danser
La musique fait chavirer mon âme
Soucis, problèmes, tous envolés
Envie de voir London ou Amsterdam.

Un, deux, trois
Dehors ou dedans, de toutes parts
La musique crache ses mélodies
Et chaque jour, du matin au soir,
Tu me transportes dans la folie

Grâce à toi, je pourrais décrocher la lune
Grimper là-haut sur les dunes
Voir très loin tous me rêves d’avenir
Voir très loin tous mes rêves d’avenir.

Un, deux, trois
Un coup de blues, je mets un disque
Le gris, le noir, partis, nouvelles sensations
La musique a cet effet fantastique
Dans ma tête c’est la révolution

Un, deux, trois
J’ai alors envie de tout bousculer
Mon corps et mes pensées s’électrisent
Pour exprimer ma joie : chanter, danser
Tout y passe, même le disco, les sixties.

Grâce à toi, je pourrais décrocher la lune
Grimper là-haut sur les dunes
Voir très loin tous me rêves d’avenir
Voir très loin tous mes rêves d’avenir.

Un, deux, trois
Grâce à la musique, la vie sourit
A toi aussi qui choisis le carnaval
De ses notes qui illuminent le gris
De tes jours, te font entrer dans le bal.

Grâce à elle, tu pourras décrocher la lune
Grimper là-haut sur les dunes
Voir très loin tous tes rêves d’avenir
Voir très loin tous tes rêves d’avenir

Ambérieu en Bugey
Avril 2003


J'ai gardé le plus "insolite" pour la fin ! Au printemps 2003, j'avais regardé à la télé un programme en hommage au vingt-cinquième anniversaire de la disparition de Claude François. Après probablement deux heures passées à écouter des chansons, j'ai eu comme bien souvent, envie d'écrire un nouveau texte, et pourquoi pas, en rapport avec notre Cloclo national ! Alors pour mettre le titre au goût du jour, il suffit de remplacer 25 par 30 aujourd'hui.

Pour les fans de l'idole des années 70, il sera facile de trouver l'originalité de ce texte; pour les moins "afficionados" je vous explique après la lecture du texte de quoi il s'agit !


25 ans après

Cette année là où je suis née
Le succès te couronnait de gloire
Mais bien avant mes 17 ans
Par une belle belle belle journée
Tu nous plongeas dans le désespoir
Et partis pour d’autres firmaments.

Cette année là… wo wo wo wo …

Le lundi suivant perdit son soleil
Les téléphones ne cessèrent de pleurer
J’y pense mais je n’oublierai pas
Qu’un mal aimé sombrait dans le sommeil.
Les petites filles riches que tu as laissées
Savaient que tu t’en allais mais ne reviendrais pas.

Cette année là … wo wo wo wo …

Et toutes ces chansons si populaires
Grâce à nous ont traversé le temps
D’Alexandrie et même jusques à Rio.
Dans la ferme du bonheur de mon père
Mes frères et mes sœurs jouaient sagement
Avec un jouet extraordinaire et même un marteau.

Cette année là … wo wo wo wo …

Et bien sûr, comme d’habitude si tu revenais
J’attendrais, te dirais « viens à la maison ».
Les lumières du port brilleraient de mille feux
Sur des champs de magnolias on danserait
Toi et moi on s’unirait sur cette chanson
Et tu ne serais plus ce chanteur malheureux.

Cette année là… wo wo wo wo …

Une petite larme m’a pourtant trahie
Et 25 ans après, c’est la même chanson
Qui nous fera encore longtemps danser.
Mais ne t ‘en fais pas mon ami
C’est toujours avec autant d’émotion
Que tes rengaines, on va les chanter.

Cette année là… wo wo wo wo …


Ambérieu en Bugey
Mars 2003

Alors, n'avez-vous pas reconnu les titres du répertoire de Cloclo ? :)